CE QUE J'EN PENSE

Danielle Drouin

Le parfait Couillard

Je m’étais fait un devoir de ne pas regarder l’entrevue de la complaisante Céline Galipeau avec Philippe Couillard. Mais voilà que la nuit dernière, j’entends de mon bureau la voix mielleuse de la journaliste. Réalisant qu’il s’agissait de la reprise de l’entrevue de la veille, je me précipite au salon pour éteindre illico presto ma télévision. Et puis non! me dis-je. Je me calme et je l’écoute.

Encore une fois, j’ai observé ce personnage qui m’exaspère au plus haut point, chaque fois que  j’entends son faux discours. Et j’ai compris ce que jusque-là je refusais de comprendre: Couillard, il est parfait. Le ton, l’attitude, le geste, le sérieux, le calme, l’affabilité, lui confèrent une crédibilité aussi impensable qu’enrageante. Aucune hésitation dans ses réponses. Regard sans expression, pas le moindre cillement pendant qu’il raconte ses salades. Une leçon apprise par coeur. Oups! il s’est passé le doigt sur la paupière. Malaise? Mais non! ça lui piquait.


Je me suis mise dans la peau de l’analphabète politique qui, par un pur hasard, se serait trouvée devant son écran à ce moment-là et qui, par miracle, aurait résisté au zappage. Ben oui, c’est juste temporaire cette affaire-là. Oui, des sacrifices (pour les autres), mais ça vaut la peine. Après, tout va revenir comme avant. Même mieux, on ne sera plus endettés pis nos impôts vont baisser. Enfin, un ministre qui se tient debout! Il fait tout ça pour l’avenir de nos enfants et le monde chiale. Maudite politique! Y a pas le choix de couper partout, la province est dans le rouge. Et plus il va attendre pire ça va être, c’est le gros bon sens ce qu’il dit. Tiens, les v’là les jobs promises: la patente maritime, des infrastructures (?), le Plan Nord.


Vous croyez que j’exagère? Pas du tout. J’en ai connu des analphabètes politiques dans ma vie et ça ressemble exactement à ça. La madame a tout avalé sans se poser de questions et elle est allée se coucher l’esprit tranquille. Demain, elle n’y pensera plus.


Oui, il est parfait, Couillard. Pour tromper la population, il n’y a pas plus adroit. Il ment comme il respire, sans jamais s’essouffler. Il explique la situation comme un bon père de famille qui sait, lui, où il s’en va. Qui sait, lui, que c’est pour notre bien à tous. Il comprend que c’est dur. Mais il voit loin, il voit grand. Il a raison, quoi! Il le dit avec des mots, il le dit avec des gestes. Il le dit avec son air de premier ministre et sa fausse dignité. Il le dit avec l’impudence des menteurs invétérés et sa froideur cartésienne, mais il en impose. Et son regard (fixe) ne le trahit jamais. Bref, il inspire confiance. Aux nombreux Québécois malavisés.


Qu’est-ce qu’on fait avec ça? Qu’est-ce qu’on fait contre ça? À part, rager, impuissants, je ne vois pas. Il est fort, notre premier ministre. Fort de sa fourberie. Fort de son machiavélisme. Il y a péril en la demeure et le peuple dort.

Armons-nous pour le Grands Combat! Et je ne parle pas de fusils.

 

* * *

«Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique.

Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques.

L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique.

Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956

TUBES LIVRES

 

Publicités

avril 8, 2015 Posted by | Actualité | Laisser un commentaire